Home » Ayurveda » Concept de fièvre en Ayurvéda et changement de saison

Concept de fièvre en Ayurvéda et changement de saison

Les changements de saisons (Ritushandi) sont des périodes charnières où il convient de faire plus attention à nos attitudes et notre alimentation.

Tout le monde connait l’expression « nettoyage de printemps » que ce soit chez soi ou en soi, et l’automne est une autre période propice.

Alors que le printemps (saison Kapha) et sa chaleur s’installent ici en Inde, les allergies et la fièvre (Jwara) peuvent se manifester aisément. Récemment, nous traitions des patients atteints de fièvre, et je n’y ai pas échappée non plus.

Il existe un nombre presque incalculable de types de fièvre puisque chaque fièvre prend en compte de multiples facteurs et combinaisons : prakriti (l’individu),  manasa (le mental), si elle est due au froid (Saumya) ou due au chaud (Agneya), due à la saison ( Prakruta ), etc. Idem en médecine chinoise où l’on considèrera et avisera des éléments en cause, de leur siège et manifestation et de l’énergie vitale, entre autre.

Nous ne traitons pas la fièvre, nous traitons la personne.

Alors même si je n’irais pas dans les détails car chaque fièvre doit être traitée individuellement, voici quelques recommandations générales qui s’appliquent souvent :

Jeûner si vous n’avez pas faim (Langhana  karma) ou préférer des soupes (Yusha / Congee or Jonk en medecine chinoise) de légumes et choses digestes (céréales bien cuites), légères ; manger un peu moins que d’appétit stimule le feu digestif (Agni) afin qu’il ramène la chaleur de l’extérieur vers l’intérieur. Le foie et l’estomac ont un rôle crucial et il convient d’en prendre particulièrement soin en cas de fièvre.  Eviter des choses sucrées et lourdes (gateaux, fritures,…) qui taxeraient ces organes.

Boire chaud ou à température ambiante, éviter tout aliment et boisson froide/crue.

-Éviter tout aliment ou boisson de saveur astringente (qui ne ferait que contenir le feu). Le thé par exemple, sauf préparation spécifique.

-L’Ayurvéda, si la fièvre est gérable, n’avise pas d’antipyrétiques au stade initial car la fièvre est une réaction normale du corps et refroidir l’intérieur serait totalement à l’encontre de l’idée initiale visant à restaurer le feu digestif. Nous préférons utiliser des herbes ayant la propriété de rafraichir mais tout en étant digestives et apéritives.

Éviter de dormir en journée

Éviter de se doucher, de prendre un bain.

-Éviter la colère, la peur et l’angoisse. Laisser le mental au repos dans un état contemplatif sans sombrer dans l’apathie ou l’inertie (Tamas) ni dans l’activité des pensées incessantes (Rajas).

Éviter de faire de l’exercice et de s’exposer au vent.

Le Lota ou Neti, jet d’eau salée dans le nez, n’est pas non plus utilisé sauf en cas de désordre chronique des voies respiratoires ou toujours accompagné d’une base d’huile pour éviter d’agresser les muqueuses.

Et non ne vous jetez pas sur les gousses d’ail, l’oignon, les bains chauds, le gingembre frais et le miel ou tout à la fois, sans vous être demandé quel type de fièvre vous affecte; vous pouvez le comprendre en écoutant vos symptômes ou en en parlant à un praticien compétent. Dépendamment, ce qui peut vous convenir peut être de la cannelle, du gingembre sec, de la réglisse, de l’achillée, de la molene, de l’hysope, de la grande camomille… Tout cela doit être précautionneusement avisé.

Pour aller un peu plus loin, je voulais vous parler d’un composé très utile que je prends actuellement, «  Mrutha Sanjeevani » : préparation alcoolisée liquide  (Asava ) capable d’aider même une personne en train de mourir, parce qu’elle atteint rapidement tous les tissus du corps pour le nourrir et restaurer l’immunité. Les usages traditionnels de cette préparation se trouvent aussi pour les désordres critiques, avancés et chroniques mettant en danger la vie de la personne (Sannipata), pour les hautes fièvres (Ghora Jwara), pour les gastro-entérites (Visuchika) et en dernier ressort pour tenter de redonner la vie à une personne mourante (Sheete Dehe ).

Pour celles et ceux qui sont curieux.se voici la liste des ingrédients (on s’entend, on ne peut pas le faire chez soi):

  • Sucre complet vieux d’un an – 12.288 kg  dissout dans 182.78 litres d’eau auquel on ajoute les ingrédients suivants. Notez que le tout est recouvert, scellé et gardé dans un sac de grains. La poudre des noix de Bétel et de Santal blanc est ensuite ajoutée après 16 jours et à nouveau gardée pour 4 jours à l’abri. Ensuite, une distillation s’opère à travers divers symboles sacrés ( Yantra ).
  • Babbula Twak – Acacia arabica – 960 g
  • Grenade 480 g
  • Vasa – Adhatoda vasica – 480 g
  • Mocharasa – Exudate of Bombax ceiba – 480 g
  • Lajjali – Touch me not plant – 480 g
  • Ativisha – Aconitum heterophyllum –   480 g
  • Ashwagandha – Withania somnifera – 480 g
  • Devadaru – Cedrus deodara – 480 g
  • Bilva – Aegle marmelos – 480 g
  • Shyonaka – Oroxylum indicum – 480 g
  • Patala – Stereospermum suaveolens – 480 g
  • Shalaparni – Desmodium gangeticum – 480 g
  • Prishnaparni – Uraria picta – 480 g
  • Brihati – Solanum indicum – 480 g
  • Kantakari – Solanum xanthocarpum – 480 g
  • Gokshura – Tribulus terrestris – 480 g
  • Indravaruni – Citrullus colocynthis  – 480 g
  • Kola – Ziziphus jujuba – 480 g
  • Eranda – Ricinus communis – 480 g
  • Punarnava – Boerhaavia diffusa – 480 g
  • Betel nut – 1.536 kg
  • Dhattura – Datura metel – 96 g
  • Clove – 96 g
  • Padmaka – Prunus cerasoides – 96 g
  • Usheera – Vetivera zizanioides – 96 g
  • Red sandalwood – Pterocarpus marsupium – 96 g
  • Shatapushpa – Sounf -Foeniculum vulgare – 96 g
  • Yamani – Trachyspermum ammi – 96 g
  • Black pepper – 96 g
  • White caraway seed – 96 g
  • Shati – Hedychium spicatum – 96 g
  • Jatamamsi – Nardostachys jatamansi – 96 g
  • Cinnamon – 96 g.
  • Cardamom – 96 g
  • Nutmeg – 96 g
  • Mustaka – Cyperus rotundus – 96 g
  • Granthiparni – Leonotis nepetifolia – 96 g
  • Ginger – 96 g
  • Fenugreek  – 96 g
  • Meshashringi – Gymnema Sylvestre – 96 g
  • White sandalwood – Santalum album – 96 g

 

Source :

Carak Samhita, Nidana Sthana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *